© 2018 Elisabeth Amato

LE PARISIEN

ÉLISABETH AMATO, LA SORCIÈRE BIEN-AIMÉE

Elle n'a pas de baguette magique et ne remue pas son nez, mais Élisabeth Amato est une vraie fée. Une sorcière bien-aimée qui apparaît chaque week-end parmi les mortels, descendant littéralement du ciel en robe blanche, sur la scène du Petit Montparnasse à Paris. Voix douce et gestes rassurants, elle envoûte son public, l'embarque dans un monde magique où les objets lui obéissent et où, armée d’un stylo et d’un carnet elle devine le chiffre ou le mot que vous aviez dans la tête. « Je vous entends penser », mis en scène par Alain Sachs, n'est pas un numéro de magie de plus. C’est un spectacle subtil et poétique qui fait retomber les spectateurs en enfance. Des trucs, y en a, Élisabeth Amato l'avoue elle-même au début de sa prestation, mais « ce n'est pas là que ça se passe », estime celle qui hésite à se définir.
Magicienne, mentaliste, illusionniste ? « Un peu tout ça, rigole-telle, mais aussi comédienne, psychologue, chanteuse... Ce spectacle, c'est l'expression de tout ce que j'aime, même si ma première carte de visite c'est la magie. »

ATYPIQUE

Praticienne « depuis trente ans », la fée Élisabeth a décidé de « ramener la magie dans les théâtres ». C’est sa troisième création, inaugurée au Théâtre Mouffetard fin 2008. « J'ai toujours été atypique, confie-t-elle. Pour moi, la magie est un prétexte pour faire rêver, pour que les gens retrouvent leur faculté d’émerveillement ». La technique, elle maîtrise, mais c'est le reste qui compte : « Je ne suis pas dans la performance. Il y a une grande part d'improvisation.
Je marche à l'intuition pure. » A chaque représentation, Élisabeth Amato noue avec ses spectateurs une relation de « confiance ». « Je ne m'amuse pas à leurs dépens, je cherche à les voir souriants, détendus. C'est un jeu. » Sa démarche étonne encore ses pairs. L'un d'eux lui a dit un jour : « Toi, tu es dangereuse parce que tu y crois ! »

Thierry Dague

LE POINT

LES FÉES EXISTENT, LA PREUVE...

Élisabeth Amato est une vraie fée. Vous êtes sceptique ? C'est vrai qu'il faut la voir pour nous croire. Elle plane au-dessus de la scène, comme Mary Poppins ou la Clochette de Peter Pan. Et, surtout, avec sa petite voix de cui-cui, dit des choses qui déboussoleraient n'importe quel cartésien. Ses tours ont bien sûr un truc, une explication, mais pfuiiiii, le rationnel, quand elle est sur scène, disparaît aussi sec comme par enchantement. Elle manie magie et humour en dépoussiérant les deux genres d'un coup de baguette, cigarette au bec.


Amato a un don : elle nous entend penser. Magicienne, comédienne et psychologue, celte et sicilienne, cet ange a mis son art et son auréole au service d'adolescents psychotiques. Depuis trente ans, elle détourne la magie pour la faire pénétrer à l'hôpital et dans les théâtres. Son solo, qu'elle reprend au Petit Montparnasse et mis en scène par Alain Sachs, n'est ni un spectacle d'illusionnisme (et pourtant que de numéros bluffants !), ni un one-woman-show (même si elle fait beaucoup rire). Il est un peu tout à la fois. Et nous fait recouvrer aussi le bonheur des petits riens. Le public sort de la salle avec le sourire en banane. La fée fait de l'effet. Voyez-la (pour nous croire) avant qu'elle ne s'envole à nouveau.

Marie Audran

PARISCOPE

COUP DE COEUR

Élisabeth Amato a l'art et la manière de vous faire basculer dans un monde magique. Ce n'est pas une magicienne ordinaire, elle est née fée. Son nouveau spectacle est une petite merveille festive.
Elle maîtrise depuis longtemps son art. Elle lit dans vos pensées comme on lit dans les livres. Ces tours de cartes sont diaboliques… C'est avec humour et poésie qu'elle nous entraine dans son histoire, qui ressemble à un conte, de fée, évidemment ! Elle n'arrive pas sur scène, elle atterrit.
Un spectacle pour rire, rêver dans un monde ou l’imaginaire a toute sa place.

Marie-Céline Nivière

TELERAMA

S'IL EXISTAIT UNE RUBRIQUE « PETIT BIJOU À DÉCOUVRIR SANS TARDER»

le spectacle d’Élisabeth Amato y figurerait d’office. Ce conte féerique, où s’entrecroisent humour, théâtre et illusion, est, en effet, un régal de légèreté et de poésie.
Tout en devisant sur l’existence en général, Élisabeth Amato réalise des tours de magie capables de bluffer les cartésiens purs et durs. « Le plus beau de tous les pouvoirs est de s’émerveiller », affirme-t-elle. Ce n’est pas un public littéralement sous le charme qui la démentira.

Michèle Bourcet

LE FIGARO

ELISABETH AMATO, MAGICIENNE ET POÈTE

Au Théâtre Mouffetard, elle présente avec beaucoup d'humour quelques époustouflants tours de magie. Enfant, Élisabeth Amato voulait être actrice ou petite sœur des pauvres.
Elle est devenue une magicienne pas comme les autres, mi-poète, mi-fée, un peu comédienne.
Dans son nouveau spectacle intitulé Je vous entends penser, vêtue d'une ample robe blanche immaculée, elle offre en particulier quelques tours de cartes étonnants et mystérieux et, c'est vrai, semble nous entendre penser. « Pour celui qui sait voir, l'illusion est partout », assure-t-elle.
Et sur une scène au fond noir, l'artiste a le don de créer un monde parallèle où la frontière entre le réel et le fantastique est extrêmement infime. Fée ou sorcière, quelle est la différence, interroge-t-elle ? « Il fut un temps où on en a brûlé pour moins que ça », rappelle Élisabeth Amato. Cette femme généreuse - on le comprend à quelques confidences lâchées ici et là -, avait déjà charmé les foules avec deux autres spectacles :Tours et Détours et Fée, c'est pas sorcier. Une nouvelle fois, elle parvient à distiller du merveilleux dans un univers où l'inattendu est roi. A chaque fois, à la fin, le public ne manque pas de s'interroger : « Comment a-t-elle fait ? », « Dis, c'est quoi son truc ?»

Nathalie Simon